Alain Dubos : le masque tombe.. le romancier est bien un plumitif de la théorie raciste du "grand remplacement"

jeudi 13 octobre 2016
par  mrap40
popularité : 7%

Après publication de l’article ci-dessous Monsieur Dubos se pose en victime du MRAP. précisions ==> ICI :

-------------------------------------

Comme le relate France Bleu Gascogne ce mercredi 12 octobre 2016, Alain Dubos écrivain régional qui pensait faire un retour triomphal dans les Landes, ne peut plus cacher aux landais qu’il est un des éléments les plus actifs de la cyber-haine raciste.

Suite aux signalements du MRAP, des libraires ont découvert avec effarement la face cachée de l’écrivain régional. Certains ont alors déprogrammé des opérations dédicaces.

France bleu Gascogne a relaté les faits et recueilli le commentaire de Gérard Kerforn président Fédéral du MRAP. Voir l’extrait ci-dessous des infos de France Bleu Gascogne.
Outre les propos du responsable du MRAP on notera ceux de Monsieur Dubos

Il se pose en victime et affirme que deux chasses sont ouvertes dans les Landes ; chasse à la Palombe et chasse au Dubos, C’est là une position victimaire plutôt cocasse pour celui qui a publié 280 articles haineux racistes et xénophobes, mettant gravement en cause des personnes.

Le MRAP ne le "chasse" pas, ni ne veut empêcher la diffusion de ses romans régionaux. Le MRAP entend seulement "rendre service" à Alain Dubos en faisant découvrir aux Landais une "œuvre littéraire" qui ne n’arrête pas aux romans locaux mais se vautre, encore et encore, dans la fange raciste de la fachosphère.

Ce dernier épisode avec l’annulation de certaines séances de dédicaces aura permis à Alain Dubos de reconnaître (enfin !), sur les ondes de France Bleu Gascogne, qu’il est un adepte de la théorie du grand remplacement de Renaud Camus condamné pour provocation à la haine et la violence contre les musulmans.

Selon cette théorie, des populations étrangères, de préférence musulmanes, vont bientôt remplacer les "français". Le "lanceur d’alerte" Dubos voit déjà un minaret sur la chapelle d’Ousse-Suzan ou entend l’appel du muezzin à la descente du petit train de Marquèze.

Le dédoublement schizophrénique entre le docteur Jekyll romancier landais et Mister Hyde plumitif de la haine raciste hors département et sur internet est enfin résolu. Alain Dubos assume maintenant pleinement ses écrits racistes.

Les responsables de Médiathèques, les libraires, les lecteurs ont maintenant connaissance de la biographie complète de Monsieur Dubos. Le MRAP pourra ici où là apporter les compléments d’information nécessaires si besoin est.

France bleu Gascogne, sur on site publie un billet "lettre à un ami", qui ne laisse planer aucun doute sur la haine raciste qui anime la prose de mister Hyde Dubos..
https://www.francebleu.fr/infos/societe/l-ecrivain-landais-alain-dubos-au-coeur-d-une-polemique-1476288489

Comme nous l’avons mentionné auprès de France Bleu ; dans ses derniers écrits Alain Dubos avait adopté des formulations suffisamment détournées pour ne pas tomber sous le coup de la loi. Mais "lettre à un ami", texte pour lequel il y a prescription, relève à l’évidence de l’incitation à la haine raciale, Ayant constaté cet écrit à temps, nous aurions porté plainte pour le passage concernant les roms... il en va de même pour d’autres textes prescrits.

Si nous constations d’autres écrits similaires à l’avenir, il est évident que notre organisation porterait plainte nationalement ou localement.

Pour plus de détail concernant "l’œuvre" d’Alain Dubos
http://www.mrap-landes.org/spip.php?article673


Documents joints

MP3 - 903.4 ko
MP3 - 903.4 ko

Brèves

7 novembre 2014 - Willy Sagnol aurait du faire de l’athlétisme

Cela lui aurait permis de méditer sur cette réponse de Christophe Lemaître à ceux voyaient en lui (...)

27 novembre 2013 - Des rappeurs réactionnaires

Quand des rappeurs font le jeu du FN
La fédération des Landes a pris connaissance avec (...)

6 janvier 2009 - ANTISEMITISME : Synagogue de Toulouse : acte antisémite

le MRAP des landes apporte sa solidarité aux juifs de Toulouse victimes d’une attaque contre leur (...)